OUI à la naturalisation facilitée de la 3ème génération !

Peut-on encore appeler étrangers les petits-enfants des personnes installées en Suisse en 1960 ? Si tout comme nous vous pensez que non, signez l'appel et votez OUI le 12 février 2017 !


Lisez l'argumentaire !

L’argumentaire

Découvrez l'argumentaire et les raisons de voter OUI le 12 février!


La lire

La FAQ

Découvrez les réponses aux questions fréquemment posées.


Téléchargez l'argumentaire !

Découvrez l’appel

Découvrez les informations dans le .pdf de l'appel en cliquant ci-dessous et, avant de signez à votre tour, découvrez qui sont les premiers signataires !


Lire l'appel

SIGNEZ L’APPEL

Signez l'appel et soutenez publiquement ce projet ! tout le monde peut signer. Vous serez également tenu au courant par mail de l'avancée de la campagne.


Je signe l'appel !

Ruth Dreifus

Ancienne conseillère fédérale

Ni le sol, ni le sang ne crée le sentiment de responsabilité citoyenne. C’est le quotidien partagé, sur les bancs de l’école, dans le quartier, au travail et da...

Pascal Couchepin

Ancien conseiller fédéral

Eveline Widmer-Schlumpf

Ancienne conseillère fédérale

Ada Marra

Conseillère nationale

  • Il est dans l’intérêt de toute démocratie que le plus grand nombre possible d’habitant-e-s devienne des citoyen-ne-s à part entière. La naturalisation de ces petit-enfants de naturalisés est attendue depuis trop longtemps déjà !

    Vania Alleva

    Présidente du syndicat Unia

  • Les jeunes sont l’avenir de notre société et tellement importants pour le marché du travail. La discrimination d’une partie de la jeunesse serait fatale pour notre avenir. Comment peut-on être né en Suisse, avoir effectué toutes sa scolarité et formation ici, avoir ses parents et grands-parents ici et toujours être considéré étant « étranger » ou « étrangère » ? C’est pourquoi il est juste de faciliter la naturalisation aux personnes de la 3ème génération.

    Adrian Wüthrich

    Président de Travail.Suisse

  • Il va de soi que nous allons baisser les barrières de la naturalisation pour les grands-enfants des immigrés. Ça fait longtemps que ce sont des Appenzellois-es, des St. Gallois-es ou des Bernois-es. Il est temps qu'ils  et elles puissent devenir Suisses-es plus facilement.

    Paul Rechsteiner

    Président de l'union syndicale suisse

×

Make an appointment and we’ll contact you.